Your address will show here +12 34 56 78
Aménagement du site
Le montage juridique, financier et foncier

Le projet de Sentier des Cimes du Haut-Folin, conçu, construit et géré par l’entreprise EAK s’implanterait, en forêt domaniale, sur une propriété de l’Etat gérée par l’ONF.
Une convention d’occupation du sol permettra de définir entre l’ONF et l’entreprise les conditions d’installation de l’équipement. La durée et les modalités de redevance sont en cours de discussion.
Les aménagements permettant la préparation du site et l’accueil du public seraient réalisés sous maitrise d’ouvrage des Conseils Départementaux de la Nièvre et de la Saône-et-Loire pour ce qui relève des stationnements et de l’amélioration des voies d’accès (création de refuges, jalonnement routier), et sous maitrise d’ouvrage de la Communauté de Communes du Grand Autunois Morvan pour ce qui relève du raccordement aux réseaux (eau, assainissement, électricité, téléphone). L’aménagement de la signalétique de randonnée serait réalisé par le Parc naturel régional du Morvan.
Des conventions d’occupation de la propriété forestière de l’Etat seront à établir entre l’ONF et les différentes collectivités maîtres d’ouvrage.

 

Le coût de l’équipement « Sentier des Cimes du Haut-Folin» est actuellement estimé à 6,3 M€ par EAK. Il sera supporté par l’entreprise EAK, déduction faite des éventuelles contributions possibles de l’Europe, de l’Etat et des collectivités locales compétentes en matière de développement économique (Conseil Régional, CCGAM, …) dont peut bénéficier toute entreprise privée.
Les aménagements portés par les collectivités sont estimés à 1,2 M€. Des plans de financements mobilisant des crédits européens, de l’Etat, de la Région, des Départements, des Communautés de communes concernées seront établis.
Le rapport entre investissement privé et public est fidèle aux prévisions initiales, avec un coût total de 7,5 M€, répartis entre investissement privé d’EAK sur le Sentier des Cimes pour 84%, et investissement public des collectivités sur les aménagements du site pour 16%.

 

Vers une requalification de la friche militaire ?

Abandonné et en déshérence, cet ancien site militaire devenu la propriété de TDF n’est plus utilisé et forme une friche peu esthétique, pouvant être considérée comme une « verrue paysagère ». Dans le cadre du Sentier des Cimes du Haut-Folin, une réflexion est engagée pour saisir l’opportunité de ce développement afin de traiter cette friche militaire, dans l’optique d’améliorer le paysage du sommet. Il ne s’agit pas de faire disparaitre toutes les infrastructures, notamment car certaines sont encore utilisées et sont stratégiques. C’est une démarche à long terme, afin de définir d’une part les coûts d’intervention en raison de la présence d’amiante dans les anciens bâtiments, et d’autre part la vocation souhaitable de ce site. Une première approche par démolition de l’ancien bâtiment fait apparaître un coût approximatif de 400 k€.

0

Aménagement du site

Le sentier des cimes du Haut-Folin comporte plusieurs équipements : un espace tampon d’accueil, un bâtiment d’accueil à vocation multiples, le cheminement à travers la canopée, le belvédère panoramique.

 

L’espace tampon d’accueil

Situé entre le parking principal et le bâtiment d’accueil, cet espace a pour but d’immerger les visiteurs dans la forêt et les mettre en condition de la visite. Des cheminements pourraient être créés pour relier les deux espaces, ponctués d’information pédagogiques ou d’aires de pique-nique.

Le bâtiment d’accueil

Implanté en forêt, ce bâtiment aurait plusieurs fonctions :

  • L’accueil du public et la billetterie.
  • Les bureaux de l’entreprise EAK.
  • Une boutique (produits locaux Morvan Terroirs, showroom Artisans Bois Morvan).
  • Un espace de restauration : n’ayant pas vocation à gérer le restaurant, l’outil serait mis en gérance à un privé qui souhaite développer son activité (appel à initiatives).

A ce jour, la forme et l’architecture du bâtiment ne sont pas définis : seuls les principes d’aménagements sont fixés par les vocations affectées au bâti.
Le parti pris est un départ du cheminement dans la canopée au niveau 1 du bâtiment, et un retour à ce même niveau.

Le cheminement dans la canopée

D’une longueur d’environ 700 m, supporté par des pilotis, le cheminement se faufile à travers les arbres sur une pente maximale de 5% (accessibilité personnes à mobilité réduite). Le tracé n’est pas défini, mais le principe de traverser les deux versants du massifs afin de montrer des visages différents de la forêt est retenu. Cela suppose une traversée à deux reprises de la route forestière menant au sommet, accompagnée de scénographie pour ne pas perdre l’imprégnation du parcours en forêt.
Tout au long du parcours, des espaces pédagogiques informent le visiteur sur les milieux naturels, le patrimoine, les paysages. Quelques espaces ludiques ponctuent le parcours.
Ayant vocation à être un outil d’éducation à l’environnement, un espace dédié à l’accueil de groupe et de scolaires est installé dans le parcours.

 

Le belvédère à 40 mètres

Le cheminement poursuit sa route pour atteindre le belvédère. La forme et la localisation ne sont pas définies à ce jour : comme pour chaque projet, la création architecturale sera unique et spécifique, adaptée au contexte du site. Seule la hauteur de 40m a été déterminée afin de passer au-dessus de la cime des arbres.
A l’intérieur de ce belvédère, une rampe à moins de 5% permet à tous de poursuivre l’ascension jusqu’au sommet pour découvrir le panorama à 360°.

0

Aménagement du site

Afin d’assurer les conditions nécessaires à l’implantation du sentier des cimes et à l’accueil des visiteurs, des équipements annexes sont à prévoir. Il est important de connaitre l’histoire particulière du site, notamment la création d’installations techniques par l’armée à des fins de communications, puis par Télédiffusion de France pour la couverture TNT de la Bourgogne. La mise en place de ces installations dans les années 60-70 a nécessité de créer les réseaux eau – électricité – téléphone, qui sont donc déjà présents sur le site du Haut-Folin.

 

Une démarche d’exemplarité

Dans une logique d’éco-tourisme et d’exemplarité du projet, l’économie des ressources a constitué la ligne directrice des réflexions d’aménagement.

Ainsi, une démarche poussée sur la ressource en eau a abouti sur une solution intégrale en toilettes sèches, dont les travaux de recherches et l’évolution des techniques ont largement fait leur preuve y compris sur les sites à forte fréquentation. Ce choix permet d’une part une économie conséquente en eau (pas de chasses d’eau), et d’autre part limite la quantité d’eau usée à traiter. La gestion et l’entretien en sont également facilités et simplifiés, tout en conservant une qualité d’accueil de ces équipements.

 

Un système d’assainissement est à prévoir, afin de traiter les eaux grises de la restauration. Une solution type filtre planté de roseau est envisagé, dimensionné au regard du volume d’eaux usées à prévoir. A titre d’exemple, la station mise en place à la Maison du Parc (St-Brisson) permet de se donner une idée de l’aménagement envisagé.

 

Pour en savoir plus sur le fonctionnement de ce système d’assainissement, téléchargez le panneau pédagogique implanté à la Maison du Parc.

 

Les réseaux techniques

Grâce à l’histoire du site, les réseaux d’eau (captage du Haut-Folin alimentant l’ancien site militaire et le site de TDF), d’électricité (ligne HTA souterraine alimentant les postes de transformation du site technique), et de communication (lignes Orange souterraine alimentant le site technique) sont déjà présents sur place. Les aménagements permettant l’arrivée des réseaux au point de livraison consistent en un branchement sur les ouvrages existants et une liaison souterraine jusqu’au site d’accueil.

Concernant la défense incendie, un système type bâche souple assure une réserve de 120 m3. C’est un système classique utilisé fréquemment en site isolé pour répondre aux besoins des services de secours.

0

Aménagement du site

L’aménagement du Haut-Folin répond aux principes fondateurs suivants :

* Respecter et valoriser l’esprit des lieux
* Intégrer le projet dans le paysage
* Profiter du projet pour retravailler la qualité paysagère du site et les conditions de découverte
* Développer une offre touristique et de loisirs diversifiée, adaptée à l’identité du site

 

Les accès au site du Haut-Folin

L’accès privilégié par le Nord emprunterait la RD500 à Arleuf, et par le Sud la RD500 par Glux-en-Glenne (en passant par St-Léger-sous-Beuvray). Le scénario d’aménagement ne prévoit aucun élargissement routier ou mise au gabarit : le principe de circulation est assuré par l’installation à intervalles réguliers de zones refuge permettant le croisement des véhicules, à l’image des passing places. Ces refuges consistent en un renforcement de l’accotement routier, pour permettre au véhicule de s’arrêter lors d’un croisement.

La route forestière de la Canche ne se prête pas au trafic envisagé, notamment pour les véhicules de gros gabarit (bus, camping-car, caravanes). Il est envisagé de l’interdire à la circulation pour ce type de véhicules. De même, l’accès des bus par le Nord est envisagé en sens unique (Arleuf vers Glux-en-Glenne) afin de limiter les croisements délicats sur certains tronçons.

 

Les stationnements

Conformément aux hypothèses de travail, les stationnements ont été dimensionné au regard de la fréquentation estimée du sentier des cimes du Haut-Folin. Ils s’organisent autour  d’un parking principal au sommet, d’un parking personnes à mobilité réduite, et de parkings secondaires pour des accès pédestre incitant à la découverte du massif. Des stationnements bus et camping-car ont également été intégrés. Bien entendu, aucun revêtement de type enrobé n’est prévu : dans la logique de performance environnementale, tous les stationnements sont perméables et filtrants.

Les stationnements au sommet

Un parking principal d’environ 300 places VL serait implanté sous couvert forestier, de façon peu dense, pour intégrer les véhicules en sous bois et limiter leur perception. Ce stationnement particulier repose sur le savoir faire de l’ONF en matière d’accueil du public. Il s’appuiera sur une étude paysagère qui doit déterminer les circulations, les poches de stationnement, en fonction des arbres en place et des objectifs de gestion sylvicole afin de limiter autant que possible l’abattage d’arbres. Un système de comptage à l’entrée et à la sortie est à prévoir afin d’indiquer le niveau de remplissage du parking.

Le stationnement des camping-car est proposé le long de la voie forestière, après aménagements paysagers pour délimiter des emplacements et intégrer les véhicules.

Le parking actuel P1 du Haut-Folin serait réservé aux personnes à mobilité réduite afin d’être au plus près de l’entrée du site. Ce parking existant est également utilisé pour une dépose minute des bus et navettes, qui sont ensuite stationnés au sommet vers les installations techniques. Enfin, ce parking sert également de voie d’accès pour les secours (pompiers).

 

Les stationnements secondaires

La philosophie du sentier des cimes du Haut-Folin repose sur une découverte progressive du massif forestier. L’approche par les chemins de randonnée existants est donc valorisée, à partir d’espaces de stationnements utilisant les délaissés routiers existants. Il s’agit des parkings existants du Pré du Massé, La Proie, ancien chalet skieur, La Canche et Préperny.

Les parkings du Pré du Massé et de Préperny sont déjà existants, utilisés et équipés en signalétique. Les autres sites de stationnement (La Proie, ancien chalet skieur, la Canche) sont des espaces déjà existants mais non équipés. L’ensemble de ces sites devraient faire l’objet d’aménagements légers (rechargement en granulat, marquage au sol pour organiser le stationnement, signalétique). Afin de faciliter l’orientation des visiteurs, la route forestière de La Proie qui forme une boucle, serait mise en sens unique de circulation.

0

Aménagement du site

Dans le cadre de la mission confiée au bureau d’études Urbicand, plusieurs scénarios ont été élaborés, qui reposent tous sur des partis pris d’aménagement du Haut-Folin communs afin de respecter les engagements de cette mission.

 

Les accès routiers

Les accès privilégiés se font au Nord par Arleuf, et au Sud par St-Léger-sous-Beuvray / Glux-en-Glenne. Se pose alors deux questions :
* Au niveau de la RD500 au Marrault : faut-il profiter de la réflexion pour résorber les difficultés historiques de circulation des grumiers ?
* Au niveau de la route forestière : quels aménagements légers type « passing places » selon les nécessités ?

 

Les questionnements sur les accès par bus

Est-il possible de privilégier un sens unique sur l’accès Nord et un accès interdit sur la route de la Canche ?
Quelles navettes estivales peut-on mettre en place : Bibracte – Haut-Folin ; Glux-en-Glenne – Arleuf  ?
Quelles liaisons aux gares développer : navette depuis Etang-sur-Arroux, depuis Le Creusot TGV – Autun ?
Quelle influence sur la création de la liaison TER Montchanin – Le Creusot TGV ?

 

Premiers éléments de réflexion concernant les stationnements

Un parking principal voiture est envisagé sous couvert forestier (intégration en forêt, parking perméable) d’environ 250 à 300 places (15 000 m²).
La gestion des bus et navettes s’appuie sur une dépose minute au parking P1 existant, puis un stationnement des bus au sommet vers les installations techniques de communication.
L’existence de nombreux délaissés routiers peut être mis à profit pour créer des parkings secondaires en accès pédestre, incitant à une découverte progressive du massif. Par le biais d’aménagements légers pour organiser les stationnements, un potentiel de 200 places complémentaires à moins de 2 km à pied peut être dégagé.

 

Un bâtiment d’accueil à vocations multiples

Ce futur bâtiment, en investissement et construction privés par EAK, aurait plusieurs vocations : l’accueil et la billetterie, les bureaux de l’entreprise, une boutique des produits locaux (Morvan Terroirs, Artisans Bois Morvan), un espace de restauration en gestion confiée à un restaurateur privé (appel à initiatives).
Investissement et construction par EAK, à vocations multiples :
Pour le fonctionnement annuel du site, EAK envisage l’emploi de 10 salariés à temps plein (10 ETP) ainsi que 8 à 10 saisonniers, comme c’est la pratique sur chacun des autres sites en exploitation.
Si la restauration est nécessaire afin de proposer un rafraichissement ou un ravitaillement aux visiteurs à l’issue de la visite, elle ne fait pas partie des métiers mis en oeuvre par EAK. L’entreprise se limite donc à intégrer un espace restauration dans le bâtiment réalisé en investissement privé au Haut-Folin, et confie la gestion de cet outil de restauration à un restaurateur local.

 

 

Une construction en bois local

Les ressources bois et les savoir faire nécessaire à cette construction bois pourront être issus des atouts locaux du Morvan et de la Bourgogne. Pour y parvenir, la filière bois doit s’organiser pour apporter une réponse collégiale sur cette demande et les capacités de production et de mise en oeuvre. L’interprofession APROVALBOIS a a réuni à ce titre les acteurs principaux que sont l’Office National des Forêts, Sougy, Arbonis et Artisans Bois Morvan.
Un accord de principe est donné par EAK, conditionné aux modalités de sa mise en oeuvre. Il s’agit là d’un effet de levier important pour le transfert d’expérience sur l’ingénierie bois française, en créant au Haut-Folin une vitrine de la construction bois française.

 

La gestion des réseaux

Grâce à l’existence des anciennes installations militaires, plusieurs réseaux sont déjà présents : électricité, télécom, eau potable (captage du Haut-Folin). Il s’agira donc d’étudier les modalités de raccordement des réseaux au point d’implantation du site.

Dans une optique de projet exemplaire et d’éco-tourisme, les enjeux d’économies d’énergies sont déclinés dans ce projet, avec notamment une limitation de la consommation de l’eau par une solution intégralement en toilettes sèches, dimensionnée au regard de la fréquentation. Ce choix, outre la limitation des besoins en eau, limite également les besoins en assainissement qui seraient conçus à partir d’un système d’épuration type filtre planté de roseaux.

 

Autres éléments de réflexion

L’ancien site militaire étant désormais une friche, la question se pose d’intégrer dans les réflexions une possible requalification du site. Aucune hypothèse à ce jour, mais le sujet est intégré dans une réflexion globale afin de ne pas laisser en déshérence un site artificiel à proximité d’un site éco-touristique de haute qualité.

La signalétique routière et touristique (schéma de jalonnement) ainsi que celle de randonnée devra également faire l’objet de modifications, pour indiquer bien évidemment le sentier des cimes du Haut-FOlin, mais également toutes les activités touristiques et les services du Morvan des Sommets.

Les itinéraires de randonnées pourront également être adaptés, notamment le GR13, afin d’optimiser le tracé vis à vis du site et des enjeux environnementaux.

La question du paysage forestier et de la gestion forestière est un sujet important qui nécessite une concertation entre le Parc, la profession forestière et les élus.

0

Aménagement du site

Afin de définir les modalités possibles d’aménagement du sommet du Haut-Folin, une mission d’étude a été confié par le Parc naturel régional du Morvan au bureau d’études Urbicand (basé à Dijon) en juin 2016. Ce prestataire a été sélectionné notamment pour sa connaissance du territoire et son expérience dans l’élaboration du Schéma de Cohérence Territorial de l’Autunois Morvan.

 

La mission a consisté en la réalisation de différents scénarios d’aménagements possibles, avec pour objectifs de définir les conditions d’aménagements du site du Haut-Folin dans les conditions de :

  • Respect du site, des paysages, de l’esprit des lieux.
  • Préservation de l’environnement et des milieux naturels.
  • Acceptation sociale.

 

Par ailleurs, en tant que territoire labellisé Parc naturel régional par le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, des exigences spécifiques ont été établi pour un projet éco-responsable :

  • Projet exemplaire : performance environnementale, écologique, énergétique.
  • Construction en bois (douglas du Morvan), avec les entreprises locales et régionales.
  • Site d’éducation à l’environnement, sensibilisation et formation.
  • Vitrine des savoirs-faire du Morvan : showroom, mobilier Artisans Bois Morvan, produits locaux (boutique partenaire Morvan Terroirs).
  • Projet de restauration intégrant les valeurs Parc (produits locaux, bio).

 

L’accompagnement de cette mission a fait l’objet de plusieurs niveau de suivi :

  • Une équipe restreinte de coordination (Parc naturel régional du Morvan, Conseils Départementaux de la Nièvre et de la Saône-et-Loire, Communautés de Communes du Grand Autunois Morvan et Beuvray Val d’Arroux, Bibracte, Office National des Forêts).
  • Un comité technique d’accompagnement du bureau d’études (Parc naturel régional du Morvan, Conseils Départementaux de la Nièvre et de la Saône-et-Loire, Communautés de Communes du Grand Autunois Morvan, Beuvray Val d’Arroux et Haut-Morvan, Bibracte, Office National des Forêts,   Agence Technique Départementale de Saône-et-Loire, Conseil en Architecture Urbanisme et Environnement de Saône-et-Loire, Association Skimo, Conseil Associatif et Citoyen du Parc).
  • Un comité de pilotage (Parc naturel régional du Morvan, Conseil Régional Bourgogne France-Comté, Conseils Départementaux de la Nièvre et de la Saône-et-Loire, Communautés de Communes du Grand Autunois Morvan, Beuvray Val d’Arroux et Haut-Morvan, Bibracte, Office National des Forêts, Conseil Associatif et Citoyen du Parc).

PhasageEtudeUrbicand

L’hypothèse de travail a été une ouverture du sentier des cimes du Haut-Folin toute l’année, à l’exception de 15 jours à 3 semaines de fermeture pour maintenance annuelle. L’estimatif de fréquentation se base sur le site de Neuschönau (Bavière) au sein du Parc national de la Forêt Bavaroise, avec une majeure partie de la fréquentation étalée de mi-avril à mi-novembre (données Neushönau 2015).

FrequentationNeuschonau2015

0